Autonomie dans l’agriculture – Base de discussion

Dirk Bergen

Février 2010

La «viabilité» et «l’autonomie» sont des notions semblant s’être ancrées dans le langage récent concernant l’agriculture. On en parle dernièrement à tout bout de champ, souvent dans un même contexte.

Plusieurs raisons expliquent cet usage. Tout d’abord, ces notions sont associées à la pression sur les prix agricoles, et dans certains secteurs, on ne sait pas toujours clairement s’il sera possible de se maintenir. D’autre part, les termes sont également utilisés lorsqu’il est question de la politique agricole future. Les agriculteurs du futur pourront-ils se maintenir sur un marché plus libre, et donc moins protégé? Pourront-ils se sauver?

La “viabilité” et “l’autonomie” sont donc certainement des notions qui font partie de l’entreprise du futur. Ce document de réflexion vise à contribuer à la discussion sur la mesure dans laquelle les entreprises agricoles doivent être autonomes. Puisque cette réflexion est partiellement philosophique, elle débouche sur un point de vue pouvant être contesté. Nous donnons ainsi de la substance au débat social.

On essaye tout d’abord de décrire plus clairement la notion d’autonomie et nous accordons de l’attention à l’autonomie des entreprises agricoles sans aide directe. A partir de là, nous approfondissons la question du niveau d’autonomie de l’agriculture dans le futur. Enfin, nous analysons quelles sont les raisons pouvant plaider, en tout cas à moyen terme, pour le maintien d’une aide de base.

La réflexion débouche sur la conclusion suivante: l’agriculture doit certainement être rentable, mais pas nécessairement autonome. Il semble toutefois économiquement et socialement sain de viser à devenir plus autonome que maintenant. Certains secteurs et entreprises agricoles ont plus de potentiel que d’autres pour progresser dans cette direction. Par ailleurs, une meilleure évaluation de plusieurs biens et services publics produits par l’agriculture est importante pour limiter l’usage illégitime du terme “aide”. Pour les biens et les services tels que la préservation du paysage, il est plus juste de parler d’indemnisations ou de paiements pour les prestations fournies.

Version originale:

Bergen D. (2009)
Zelfredzaamheid in de landbouw. Voer voor discussie
Departement Landbouw en Visserij, Brussel.


Departement Landbouw en Visserij
Ellipsgebouw (6de verdieping) - Koning Albert II-Laan 35, bus 40 - 1030 Brussel
Tel. 02 552 78 20 - Fax 02 552 78 21
E-mail: kennis@lv.vlaanderen.be