Indicateurs pour le contrôle des terres agricoles à forte valeur naturelle. Une analyse exploratoire

Sylvie Danckaert, Koen Carels, Dirk Van Gijseghem & Maarten Hens

Septembre 2009

Introduction : définition et cadre
Le ministère flamand de l’Agriculture et de la Pêche a réalisé en collaboration avec l’Institut de Recherche des Forêts et de la Nature une étude sur la « High Nature Value Farmland » (HNVF). La HNVF est définie comme étant “les régions où l’agriculture est la principale (et généralement dominante) utilisation de la terre et où l’agriculture est soit associée à une grande diversité d’habitats ou d’espèces, soit soutient la présence d’espèces aux niveaux européen, national ou régional, ou les deux” (Andersen, 2003).

Nous retrouvons dans le cadre d’évaluation et de contrôle commun de la politique rurale européenne une série d’indicateurs destinés à la mesure de la superficie et de la qualité de la terre agricole à forte valeur naturelle d’un Etat membre. Nous distinguons trois types d’indicateurs:

  • Indicateur de base “Utilised Agricultural Area of HNVF”. La terre agricole à forte valeur naturelle est associée à une grande biodiversité. Le concept couvre non seulement certaines régions, mais aussi de petits éléments paysagers dans des régions qui ne sont pas considérées comme étant de haute valeur naturelle. Cela renvoie également à des systèmes qui sont à la base de la haute valeur naturelle. L’indicateur doit être défini sur la base de données statistiques, biophysiques et de biodiversité.
  • Indicateur de résultat “Area Under Successful land management”: la surface sous gestion réussie qui contribue à la HNVF.
  • Indicateur d’impact “Maintenance of HNVF”. Cet indicateur doit vérifier le changement (tant qualitatif que quantitatif). Les indicateurs d’impact doivent être évalués par l’évaluateur PDPO externe.

L’étude est une analyse exploratoire pour un indicateur de base avec critères scientifiquement fondés pour ce qui peut être considéré comme HNVF ou non. On utilise des sets de données régionales détaillées comme des cartes de politique et cartes d’habitat scientifiques. Comme indiqué dans les directives (Beaufoy & Cooper, 2008), cela ne doit pas être un seul indicateur, mais il peut s'agir d’un panier d’indicateurs.

 

Etant donné que l’agriculture en Flandre est très intensive, la terre agricole à forte valeur naturelle se compose principalement de pâturages semi-naturels avec élevage intensif faible (HNVF de type 1). Les caractéristiques HNVF pour les cultures et les systèmes de culture permanents sont une utilisation limitée d’inputs (N et biocides), de faibles rendements, un pourcentage élevé de jachères (cultures), de grands arbres anciens dans la production (végétation permanente) et la présence d'un sous-bois semi-naturel (végétation permanente) (Beaufoy & Cooper, 2008). Etant donné que les cultures et les cultures permanentes sont très intensives en Flandre, nous n’avons pas de HNVF associée à ces méthodes de culture. Nous comptons par contre de petits éléments paysagers qui contribuent à la biodiversité dans des paysages plus intensivement cultivés. Les petits éléments paysagers d’une qualité d’habitat, d’une densité et d’une connectivité suffisantes, sont considérés comme des HNVF de type 2. Une troisième forme de HNVF est la terre agricole sur laquelle on retrouve des espèces rares ou une grande partie de la population européenne ou mondiale d’une espèce.

HNVF de type 1: terre agricole présentant un pourcentage élevé de végétation semi-naturelle.
Le premier type est la terre agricole HNVF présentant une grande proportion de végétation semi-naturelle. En Flandre, où l'agriculture est très intensive, seule une superficie limitée de la végétation semi-naturelle est destinée à l’usage agraire. Les végétations semi-naturelles abritent d’importants habitats de l’annexe 1 de la Directive Habitats. La bruyère et les habitats de pâturage de l’annexe I de la Directive Habitats dans l’agriculture peuvent être considérés comme un indicateur HNVF étant donné que la conservation de ces habitats est exigée au niveau européen.

En Flandre, 1350 ha d’habitat européen sont à usage agraire. Selon la “carte d’évaluation biologique”, la qualité de ces habitats est bonne : 96% présentent une qualité biologique bonne à très bonne. Tous les six ans, l’Institut de Recherche des Forêts et de la Nature présentera un rapport sur l’état de conservation des habitats et des espèces à la Commission européenne afin de garantir le suivi de cet indicateur.

Il y existe également en Flandre quelques restes de pâturages semi-naturels qui ne sont pas protégés en tant qu'habitat européen, mais qui sont protégés par la législation flamande. Ce sont les « importants biotopes régionaux ». La superficie d’importants biotopes de pâturages régionaux à usage agraire est le second indicateur HNVF. En Flandre, 820 ha d’importants biotopes régionaux sont à usage agraire. 96% présentent une qualité biologique bonne à très bonne. Pour le contrôle de l’indicateur, il est important que la carte d’évaluation biologique et l’enregistrement de parcelle (système d'identification de parcelles agricoles) soient tenus à jour.

HNVF de type 2: mosaïque spatiale
Le second type se compose de la HNVF de la terre agricole dans une mosaïque d’utilisation de la terre. On y retrouve de petits éléments paysagers dans des paysages cultivés plus intensivement ainsi que des pâturages extensifs (dans le contexte flamand) et historiquement permanents.

Le premier indicateur est la terre agricole avec de petits éléments paysagers. Afin de veiller à ce que nous ne reprenions que les petits éléments paysagers présentant une qualité d’habitat, une densité et une connectivité suffisantes, nous ne les avons repris que dans les paysages traditionnels pour lesquels les biologistes de l’Institut de Recherche des Forêts et de la Nature ont estimé que les petits éléments paysagers étaient d'une qualité suffisante. En Flandre, 27.575 ha de terres agricoles ont été associés à de petits éléments paysagers. Cette année, l’Agence flamande pour l’Information géographique dressera une carte des petits éléments paysagers à partir des photos aériennes numériques de la Flandre, afin que ce service puisse être adapté et qu’un contrôle temporel soit possible.

Un second indicateur pour la HNVF de type 2 est la superficie de pâturage sur des exploitations avec élevage extensif (<2 UGB par ha pour la Flandre). Cet indicateur est défini sur la base du recensement agricole et est fixé à 18.455 ha.

Le troisième indicateur pour la HNVF de type 2 est la superficie de pâturages historiquement permanents de très bonne qualité biologique, qui ne sont pas désignés comme étant un important biotope régional. Les pâturages de grande valeur biologique (8.250 ha) sont issus de la dégradation de pâturages semi-naturels. Des mesures agro-environnementales sont d’application sur 362 ha (4%).

HNVF de type 3: terre agricole sur laquelle apparaissent des espèces rares ou une grande proportion de la population européenne ou mondiale d’une espèce.
Nous visons les espèces suivantes :

  • Oiseaux des prés et des champs de ‘European Conservation Concern’ conformément à l’annexe 8 des directives (Beaufoy & Cooper, 2008): alouette des champs Alauda arvensis, bruant proyer Miliaria calandra, bruant jaune Emberiza citronella, bergeronnette printanière Motacilla flava, courlis Numenius arquata, chevalier gambette Tringa tetanus , sarcelle d’été Anas querquedula, râle des genêts Crex crex, bécassine des marais Gallinago gallinago, traquet tarier Saxicola rubetra, moineau friquet Passer montanus, perdrix grise Perdix perdix ;
  • D’autres espèces menacées selon la Liste rouge flamande : pipit farlouse Anthus pratensis, hamster d’Europe Cricetus cricetus ;
  • Espèces pour lesquelles la Flandre compte une grande partie de la population européenne : oie rieuse Anser albifrons, oie à bec court Anser brachyrhynchus.

 

Un premier indicateur est la terre agricole où l’on a récemment trouvé des oiseaux des prés critiques et très critiques. Sur la base d’une carte scientifique des populations d’oiseaux des prés et de l’enregistrement des parcelles, 43.400 ha ont été désignés comme étant HNVF de type 3. Il est possible de conclure des mesures agro-environnementales sur 26.350 ha. En 2008, le niveau de couverture des mesures agro-environnementales était de 3%.

 

Un second indicateur est la terre agricole où il existe au moins 70% de chance de retrouver une communauté d’oiseaux des champs complète. La valeur de l’indicateur est de 21.386 ha et se base sur une carte scientifique des populations d’oiseaux des champs. Des mesures agro-environnementales peuvent être prises sur 4.849 ha. Nous ne disposons encore d’aucune donnée sur le nombre de contrats conclus.

Un troisième indicateur est l’aire de couvaison et de halte de signification internationale dans l’usage agricole. Les polders flamands revêtent une importance internationale en tant que zone de halte pour l’oie rieuse et l’oie à bec court. En tout, 23.426 ha de terres agricoles servent de zone de halte d'importance internationale et 20.070 ha font office de zone de couvaison d’importance internationale.

Un quatrième indicateur pour la HNVF de type 3 est la superficie agricole dans la zone de protection du hamster européen. 5.540 ha de la zone de protection sont à usage agraire. Une mesure agro-environnementale peut être conclue sur 2.615 ha. Dans la pratique, seuls 6 ha (0,2%) sont sous contrat.

Conclusions et recommandations politiques
Cette étude est une analyse exploratoire pour un indicateur de base pour la HNVF en Flandre sur la base de données régionales détaillées et de critères scientifiques clairs. Dans l’analyse exploratoire, nous n’avons utilisé que les cartes scientifiques et les cartes de politique existantes. Les cartes ont été dressées sur la base de méthodes scientifiques et leur utilité dans le cadre de cet exercice n’est pas contestée. Un panier d’indicateurs a été développé sur la base des domaines déjà délimités, aucun nouveau domaine n’a été délimité.

Un chevauchement avec les mesures agro-environnementales a été réalisé lorsque c’était possible. Ce niveau de couverture est une forme d’indicateur de résultat. La création d’autres indicateurs de résultat et d’impact doit encore être approfondie. Un réseau de mesure doit être développé pour la surveillance de la qualité de la HNVF et de l’effet du programme de développement rural (PDPO).

Les indicateurs qui sont décrits dans cette étude sont nécessaires, mais insuffisants pour pouvoir évaluer la politique. A cette fin, nous devons :

  • Surveiller les indicateurs de base ;
  • Développer de bons indicateurs de résultat et d’impact. Il faut pour cela plus d'études ;
  • Mettre en place des études de cas pour étudier la solidité (précision et sensibilité) des indicateurs présentés sur le terrain. Les études de cas peuvent également servir de zone de test pour le contrôle des indicateurs ;
  • Etudier l’efficacité écologique et les réalisations naturelles des accords de gestion dans le PDPO dans ces domaines. Si les accords de gestion contribuent aux réalisations naturelles, le domaine HNVF peut à terme être agrandi. Les sous-indicateurs présentés sont de préférence considérés comme un contrôle de l’efficacité des parcelles gérées et non gérées afin qu’un éventuel lien causal puisse être défini. Des méthodes ont été développées à cette fin par Hens et al. (2006).

Version originale:

Danckaert S., Carels K., Van Gijseghem D. & Hens M. (2009)
Indicatoren voor het opvolgen van de hoge natuurwaarden op landbouwgrond in het kader van de PDPO-monitoring. Een verkennende analyse
Departement Landbouw en Visserij, Brussel.


Departement Landbouw en Visserij
Ellipsgebouw (6de verdieping) - Koning Albert II-Laan 35, bus 40 - 1030 Brussel
Tel. 02 552 78 20 - Fax 02 552 78 21
E-mail: kennis@lv.vlaanderen.be